Supervixens éclate les morts-vivants

supervixensRobert Rodriguez signe avec Planète Terreur, second volet du diptyque Grindhouse, un exercice de style tout bonnement génial, aux influences seventies marquées, à la drôlerie débridée et sanguinolente, et au rythme d’enfer.

Pour ceux qui n’ont pas peur du décalé, du loufoque, du saignant, du répugnant, et qui sont prêts à passer leur soirée entre des zombies anthropophages et des bombes aussi sexy que guerrières, ce Planète Terreur constituera un vrai régal, épicé et survitaminé à souhait. Synthèse improbable entre La Nuit des morts-vivants de George Romero (1970) et Supervixens de Russ Meyer (1975), ce film d’épouvante désopilant est bourré de trouvailles inracontables, presque permanentes (le film ne se résume vraiment pas à sa bande-annonce !).

Le Texas en joyeuse déliquescence

Dans le trou perdu du Texas que nous dépeint Robert Rodriguez, entre une base militaire secrète, lieu d’expériences douteuses et bientôt dévastatrices, un hôpital où la gangrène gagne tous les patients (et où les médecins règlent leurs problèmes conjugaux à coups de seringues hypodermiques !), et un restaurant fièrement tenu par le champion texan du barbecue, les personnages hauts en couleur et aux caractères bien trempés se succèdent, dans une danse aussi bouffonne que macabre.

L’héroïne, Cherry (alias Rose McGowan, qui n’est pas sans rappeler Shari Eubank, l’héroïne de Supervixens) est une go-go danseuse ultra-sexy, qui plaque son pauvre job avec des rêves de stand-up dans la tête. Pas de bol : elle se fait rapidement dévorer une jambe par deux zombies aux visages ornés de pustules purulentes. L’unijambiste ne tarde pas à armer son moignon d’une sulfateuse qu’elle fait cracher à 360 degrés, et fait jouer toute sa souplesse pour éviter les balles ennemies. Clin d’œil en passant à Matrix. Son ex-petit copain, Wray (alias Freddy Rodriguez), est un jeune type mystérieux, solitaire, qui s’avérera être une sorte de légende de l’Ouest, roi du colt et tireur d’élite. A travers cet archétype du poor lonesome cowboy remis au goût du jour (le bougre n’est pas maladroit en matière d’art martial), Rodriguez rend hommage aux bons vieux westerns d’antan. Les deux amants, paumés dans un monde de plus en plus en déliquescence – au propre comme au figuré -, vont prendre la tête de la résistance face à tous les méchants gluants qui font splatch ! quand on leur tire dessus.

On retrouve avec plaisir, dans ce joyeux délire, Michael Biehn, qu’on avait découvert dans Terminator : c’est lui qui venait du futur pour sauver Sarah Connor et engendrer John Connor, le chef de la résistance aux machines. Ici, il campe un shérif intransigeant, qui aimerait bien réussir – jusqu’au seuil de la mort – à percer les secrets culinaires de son frère, interprété par Jeff Fahey. Celui-ci est excellent et irrésistible en tenant de snack obsédé par la barbaque et l’élaboration de la meilleure recette de sauce barbecue de tout le Texas. Bruce Willis joue même un petit rôle, parodique de son personnage traditionnel de super-héros, et l’on apprend (attention scoop !) que c’est lui qui a tué Ben Laden ! Les habitués des films de Tarantino et Rodriguez reconnaîtront Tom Savini, « Sex Machine » dans Une Nuit en enfer (1996), au pouvoir comique toujours aussi énorme, ici dans le rôle d’un adjoint du shérif pour le moins maladroit.

Un cinéma total qui se marre

Planète Terreur se situe dans la (très bonne) lignée d’Une Nuit en enfer (avec George Clooney, Quentin Tarantino, Harvey Keitel, Juliette Lewis et Salma Hayek). Histoires de contaminations, de métamorphoses monstrueuses, vampires ici, zombies là, à chaque fois anthropophages voraces, spectacle gore, têtes et bras arrachés, sang et autres substances qui giclent de toutes parts, et puis créatures super-sexy, au tempérament de feu, danses endiablées (Satanico Pandemonium !), obsessions sexuelles de Quentin Tarantino, humour déjanté, sens de l’absurde, rythme infernal, maîtrise technique parfaite… et à chaque fois, en guise de (presque) dernier plan, un temple-pyramide maya (source de tous les sortilèges ?) qui émerge, paisible, au petit matin, au sortir de la nuit maléfique. Les thèmes sont récurrents, mais les productions se renouvellent miraculeusement.

Les effets spéciaux sont merveilleux, et les maquillages, qui nous gratifient de tant d’horreurs. La musique, envoûtante et chaude, assaisonnée à la sauce mexicaine, accompagne magistralement les rafales de Cherry, dans d’étonnants ballets-massacres. Comme dans le très croustillant Supervixens, les femmes, bigger than life, sont malmenées, violentées, parfois même charcutées par les hommes, machos et brutaux, mais elles ne s’en laissent pas compter et savent se mêler à la bagarre. Fragiles au départ, elles se muent en véritables wonderwomen, au point d’éclipser les héros mâles, et ce sont elles qui triomphent à la fin.

Planète Terreur est un vrai moment de bonheur, réjouissant au possible, qui ne se prend surtout pas au sérieux, un objet totalement original, malgré les innombrables références et clins d’œil, une aventure sans temps mort, sans creux, bref, le film du moment. A voir !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s